Accès à l'eau

"Garantir l'accès gratuit aux 1ers m³ d'eau. Car l'eau est un besoin vital et son accès pour tous doit être assuré"

Il faut également étudier la possibilité d'offrir un accès gratuit à l'eau pour les premiers mètres cubes vitaux, quitte en renchérir le prix de l'eau au-delà d'un certain volume : l'accès à l'eau potable, "l'or bleu" du XXI° siècle nous apparaît comme un droit et non seulement comme un besoin. Mais il n'est pas juste que cette eau si précieuse soit facturée au même prix quel que soit l'usage que l'on en fait. Il n'est pas de première nécessité de remplir sa piscine, mais il est indispensable de pouvoir boire et se laver. Afin que chacun prenne bien conscience que l'eau constitue un bien précieux, on pourra envisager un tarif modulable, conditionné non par les ressources disponibles par foyer, mais par le volume de sa consommation.

Accueil des personnes âgées

Voir notre enquête ici

Avec une population âgée importante sur la communauté d’agglomération de plus de 4000 citoyens(nnes) âgés de plus de 75 ans, dont près de 2500 femmes, les besoins d’accueils sont nettement insuffisants sur notre territoire.

Aujourd’hui, les trois Ehpad de l’agglomération (Marsan, Saint-Pierre, et Jeanne-Mauléon), peuvent accueillir au total 254 personnes. Ils affichent complet, et près de 500 personnes attendent une place.

Si la proportion de personnes âgées vivant en collectivité (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes le plus souvent) augmente avec l’âge, la grande majorité reste à domicile même après 80 ans (86 %) Certaines d’entre elles y vivent seules.

Dans la Communauté d’agglomération, c’est le cas pour 28 % des personnes de 65 ans ou plus. La proportion de personnes âgées vivant seules à domicile augmente avec l’âge et le risque de veuvage. Après 80 ans, cet isolement touche plus de 870 personnes, soit 37 % des habitants de cet âge.

Suggestions

Une maison de retraite supplémentaire sur Mont de Marsan est nécessaire.

Maison de retraite autogérée type « Babayagas ».

Création supplémentaires d’unités Alzheimer sur l’agglomération.

Des foyers logements devront être réalisés pour les personnes âgées autonomes.

Développer une politique publique de proximité pour les personnes âgées touchées par l’isolement et notamment pour le maintien à domicile. (Plus de 1 100 personnes sont suiviessur le territoire dans le cadre de l’aide au maintien à domicile)

La politique de santé

Lutter à l'échelon local contre la politique de privatisation et de libéralisation de notre système de santé

Suite à la politique de plus en plus libérale menée au niveau national, le bulletin de santé du Centre Hôspitalier montois est loin d'être positif. La baisse des budgets imposée partout a pour conséquence le déficit. Pour combler ce déficit, on impose aujourd'hui à notre Hôpital un plan de retour à l’équilibre, qui signifie la suppression de postes, le non renouvellement des contrats, la dégradation des conditions de travail, avec l'augmentation du nombre d’emplois précaires (environ 20%, soit 450 agents sur 2300).

C'est également par souci d'économie la suppression de 3 lits de soins intensifs de néonatalogie depuis septembre 2013, sous prétexte d’une non rentabilité.

Plus généralement, on assiste à une dégradation de la qualité des soins et de la sécurité des patients, dans un secteur : la santé, qui n'a à l'évidence aucune chance de devenir un jour rentable. 

Cette situation est le résultat direct de la politique menée nationalement, avec la loi Bachelot qui organise ni plus ni moins que la condamnation à MORT de l’Hôpital public en tant que SERVICE PUBLIC.

La liste Mont2Gauche s’engage à défendre notre, votre HÔPITAL. En effet, le maire, en tant que président du conseil de surveillance de l’Hôpital, peut :

  • infléchir cette politique en s’opposant aux différentes restructurations ;
  • se positionner et s’impliquer pour maintenir l’offre de soins ;

  • jouer un rôle important dans la carrière des personnels ;

  • décider d’une politique d’amélioration de la qualité, de la gestion des risques et de la sécurité des soins ;

  • lutter contre la précarité des personnels ;

  • refuser d’accompagner une politique de santé ultra-libérale.

 La liste Mont2Gauche :

  • dénonce l'accord entre l'actuelle mairie, le Conseil général et l'ARS pour mettre en place la Communauté hospitalière de territoire (CHT) dans les Landes qui découle de la loi Bachelot

  • soutient le combat engagé par le personnel de l'Hôpital, leurs organisations syndicales et la population sur leurs revendications : réouverture des lits de néonat , pas de suppressions de postes, des moyens pour fonctionner, abrogation de la tarification à l'activité et de la loi Bachelot.

L'accueil de la petite enfance

L’objectif National de création de 100 000 places en crèche à la fin 2012 ne devrait être atteint qu’à 80 %.

Pour MONT2GAUCHE, l’accueil des jeunes enfants est donc au cœur des préoccupations.

En effet, la Communauté d’Agglomération de Mont de Marsan recense un peu plus de 1600 enfants de 0 à 3 ans et compte 4 structures d’accueil :

  • Crèche familiale : qui dépend du CCAS et accueille les enfants

de 2 mois1/2 à 4 ans, au domicile des assistantes maternelles, ce qui représente environ 86 berceaux pour 26 assistantes maternelles ;

  • AMARIL(Assistantes Maternelles Agréées Réunies Indépendantes Landaises) : environ 57 assistantes maternelles, avec une moyenne de 3 enfants par assistante maternelle (171 enfants).

  • Crèche câlin/câline : gérée par le CCAS depuis le 01er janvier

2012, qui représentent 60 places ;

  • Structure multi-accueil de Barbe d’Or : gérée par le centre

Hospitalier et qui a une capacité d’accueil de 62 enfants. L’ouverture est pendant les heures ouvrables, ce qui est un comble pour une structure « hospitalièr».

 

Ces structures collectives ne peuvent accueillir qu’environ120 enfants et l’accueil individuel a une capacité d’environ 250 enfants. Au regard de ce constat, l’accueil est donc insuffisant. Un rééquilibrage de l’offre est donc nécessaire, pour assurer le choix de mode de garde des parents pour leurs tous petits.

 

Les besoins des parents

 

Des témoignages abondent sur des besoins toujours très largement insatisfaits :
 les listes d’attente dans les crèches sont toujours aussi longues, décourageant même l’inscription de l’enfant ;
 la difficulté de trouver une place à proximité de chez soi ;
 les plages horaires sont parfois inadaptées, surtout pour les parents dont les horaires de travail atypiques sont difficilement conciliables avec leurs responsabilités familiales ;
 le congé parental est souvent pris « par défaut », faute de places d’accueil, de la cherté des modes d’accueil, de l’éloignement domicile travail ;
 la remise en cause des 35 h, le développement du travail du dimanche, vont encore accroître les difficultés pour articuler vie professionnelle et familiale.

Pourtant, de plus en plus de parents (44 %) plébiscitent l’accueil en structure collective pour la sécurité des enfants, la qualification des personnels et la diversité des activités qui sont proposées, favorisant le développement de l’enfant.

 

Développer

 

Des objectifs chiffrés doivent être proposés à une échéance proche pour garantir un mode d’accueil de qualité à tous les enfants. Les parents doivent être les usagers et non les employeurs de ces services. Les participations financières des parents doivent être abaissées et à terme, la gratuité de l’accueil doit être envisagée.

L’accueil en crèches collectives et familiales doit devenir un mode d’accueil majoritaire conformément aux vœux des parents salariés, et le choix doit être donné aux parents.

Construire un véritable service public !

Aujourd’hui, l’ouverture d’une crèche collective n’est financée qu’à 51 % par la Caisse Nationale d’Allocations Familiales, contre 77% en 2007.

Dans une France qualifiée de « championne d’Europe de la fécondité » et dans laquelle l’activité professionnelle des femmes est élevée, les pouvoirs publics et les acteurs économiques refusent de mettre les moyens nécessaires pour le développement d’un accueil public de qualité.

L’austérité imposée à la branche famille et sa future déconnexion des cotisations sociales sont un danger imminent pour le financement des structures d’accueils et pour le reste à charge pour les parents.

Travaillant chacun, père et mère créent des richesses et des services, s’acquittent de cotisations et contributions sociales, d’impôts sur le revenu et d’impôts locaux, de taxes diverses. Ils sont donc en droit d’exiger un accueil de qualité pour leurs enfants. Les enfants, c’est l’avenir, la collectivité doit se mobiliser en leur faveur.

C’est dans le cadre d’un accueil organisé, réellement pensé au service des parents et conçu pour le bien-être des enfants, qu’un véritable service public de l’accueil des jeunes enfants devrait se développer et offrir des garanties majeures à tous les acteurs : parents, enfants et professionnels.

 

C’est pourquoi MONT2GAUCHE propose :

 

  • Développer en nombre suffisant de modes d’accueil diversifiés dès la fin du congé maternité, dans le cadre d’un service public de qualité : accueil collectif, familial, au domicile des parents, adapté aux horaires de travail et aux besoins des enfants,

  • Dégager des financements croisés nécessaires : employeurs, état, collectivités territoriales, sécurité sociale.

  • Abaisser les contributions financières parentales, pour qu’à terme l’accès au service public soit gratuit.

  • Proposer l’accès à l’accueil temporaire afin que des parents aient la possibilité de se rendre à des entretiens d’embauche ou des rendez-vous médicaux.

  • Promouvoir la création d’un réseau de « mammy sitters » dans une logique de lien social et de solidarité.

  • L’ouverture d’une salle « nursery » au centre ville (par exemple une salle dans la mairie), afin que les mamans puissent allaiter en toute sérénité, faire réchauffer les biberons, et que les parents puissent changer leurs bébés dans un endroit propre et adapté.



 

Pour en savoir plus :

Accueil petite enfance.jpg

 

LES ELECTIONS MUNICIPALES DES 23 ET 30 MARS 2014

place-au-peuplepetit.jpg

résumé de notre charte.png 
 Voir les actualités >>>

 

 

Déployer les services publics plutôt que les privatiser

NOUS PRIVILEGIONS UNE LIGNE DE CONDUITE : L'HUMAIN D'ABORD !

Powered by Tribiq CMS