Ecoles

 Les écoles montoises sont vieillissantes pour la plupart d'entre elles. Le projet de réhabilitation de l'école de Saint Médard, enfin mis en œuvre, n'a que trop tardé. Celle du Carboué par exemple mériterait d'urgence d'être redessinée voire reconstruite. Plus généralement, priorité doit être donnée à la rénovation des groupes scolaires. Le matériel disponible doit être mieux doté (en termes informatiques et pédagogiques) et le personnel municipal mieux formé et plus nombreux.

Rythmes scolaires

 

 

 

HISTORIQUE

 

Cette réforme « PEILLON », mise en place à la rentrée 2013 pour un peu plus de 20% des écoliers , sans concertation réelle des personnels concernés, transfère de nouvelles missions de l’Éducation Nationale vers les collectivités territoriales accentuant ainsi les inégalités de traitement sur le territoire, notamment en termes d’activités, de locaux et de qualité de l’encadrement.

 

Suite au décret du 24/01/2013, la CAF est impliquée dans la réforme des rythmes scolaires.

 

Le coût va aller de 50 euros à 90 euros par enfant pour le dispositif mis en place dès septembre 2013.

 

Il faut savoir que 250 millions seraient octroyés par l’état alors que les besoins s’élèveraient à 600 millions d’euros.

 

Le calendrier scolaire s’est jusqu’ici adapté par aménagements successifs du nombre de jours de classe, mais la journée de l’écolier français est devenue l’une des plus lourdes d’Europe. Les effets des suppressions d’emplois des dernières années, d’une ampleur inégalée (depuis 2002, plus de 140 000 emplois d’encadrement éducatif ont été liquidés, 13500 suppressions sont encore prévues en 2011 dans le cadre du plan triennal) impliquent des transformations structurelles et se font sentir chaque jour : dégradation des conditions d’étude des élèves, dégradations des conditions de travail des personnels. Elles ont réduit les effectifs d’enseignants mais aussi de surveillants, infirmières, assistantes sociales, médecins scolaires, psychologues scolaires. C’est une évidence mais il semble nécessaire de le rappeler : il faut des adultes dans les établissements.

 

 

CONSTAT

 

 

Même s’il est un peu tôt pour tirer un bilan définitif, les premières remontées font apparaître de grandes difficultés, et rares sont les écoles où la mise en œuvre donne satisfaction, tant aux familles qu'aux personnels :

 

  • Pauses méridiennes qui peuvent aller jusqu'à 3h30.

  • Fatigue aggravée des enfants.

  • Horaires différents dans les écoles d'une même commune.

  • Inégalité des activités proposées selon les communes. Certains aménagements se limitent à une garderie à peine améliorée par manque d’encadrement, de locaux et de moyens

  • Activités payantes.

  • Activités extra scolaires largement perturbées

 



 

Cette réforme a été mise en œuvre contre l’avis d’une majorité des personnels et le désaccord de nombreuses organisations syndicales enseignantes.

 

A Mont de Marsan, l’aménagement des rythmes scolaires prévus pour septembre 2014 fait la preuve des aberrations de cette réforme :

 

 

  • Horaires différents de sorties entre l’école maternelle (16h20) et l’école primaire (16h et 16h45) : non prise en compte des fratries.

  • Horaire de sortie à 16h à l’école primaire, et ce, 2 fois par semaine : ce qui veut dire que certains enfants vont rester à la garderie pendant 2h ?

  • TAP (Temps d’Activités Périscolaires) imposées tout au long de l’année : les parents n’ont pas le choix (soit c’est toute l’année, soit pas du tout).

  • Problématique du mercredi : sortie à 12h et garderie jusqu’à 13h :

      • Les enfants inscrits au centre de loisirs y seront acheminés à la sortie de l’école.

      • Les autres enfants peuvent attendre à la garderie jusqu’à 13h : les parents qui travaillent vont devoir s’organiser autrement

 

C’est pourquoi :

 

 

  • Mont2Gauche refuse d’appliquer cette loi contraire à l’égalité républicaine

  • Mont2Gauchedéplore le transfert de compétences, de missions de l’éducation nationale vers les collectivités, et dénonce le fait que cette réforme a été faite à la « hussarde ».

  • Mont2gauche exige que soit réfléchie une vraie réforme des rythmes qui prend en compte l’enfant dans sa globalité, agir d’abord dans son intérêt pour un service public gratuit et accessible sur tout le territoire.

******************

 La liste Mont2Gauche usera de toute son influence pour limiter les effets nuisibles de la "balkanisation" de l'école de la République, conçue à travers le projet de l'acte III de la décentralisation. Nous travaillerons politiquement, et en responsabilité, à faire en sorte que tous les enfants aient accès à un service public égalitaire d'éducation de qualité, ce qui passe par le respect du statut des enseignants et des personnels des écoles et établissements. Il est donc hors de question que la réforme Peillon conduise les parents d'élèves à payer la prise en charge par des officines privées des activités périscolaires. Mais il est tout autant hors de question que cette réforme, dangereuse pour l'égalité des enfants et donc l'unité de la République, coûte à la commune ce qu'une première estimation évalue à 400 000 €, alors même que les dotations de l'Etat diminuent, au détriment des populations les plus fragilisées.

C'est pourquoi la liste Mont2Gauche n'appliquera pas le décret Peillon dans la commune de Mont de Marsan, rejoignant en cela les 2300 conseils municipaux qui ont déjà statué en ce sens.

Venin territorialisation_001.png

 http://www.humanite.fr/tribunes/les-statuts-des-enseignants-sont-un-bouclier-pour-l%E2%80%99interet-general-480230

http://www.humanite.fr/tribunes/stop-la-balkanisation-du-systeme-educatif-507491

http://rue89.nouvelobs.com/2013/12/03/depoussierer-statut-enseignants-limmuable-equation-liberale-248068

LES ELECTIONS MUNICIPALES DES 23 ET 30 MARS 2014

place-au-peuplepetit.jpg

résumé de notre charte.png 

 Voir les actualités >>>


 

 

 

Créer plutôt que consommer

Powered by Tribiq CMS